Voir toutes nos informations-pratiques +

Histoire et politique

L’histoire de la Birmanie est passionnante parce que très ancienne et largement jalonnée d’évènements marquants, de guerres ethniques et de royaumes perdus… Toute la vie politique actuelle semble empreinte de cette histoire mouvementée et lourde…

IIIe siècle av. J-C : Les Môn élevèrent leur premier Empire, Suvarnabhumi en Basse-Birmanie. C’est à cette époque que remonteraient les premières pratiques de traditions verbales.
IIe siècle av. J-C : Des moines bouddhistes envoyés par le roi indien Ashoka (un roi pacifiste et qui prêchait pour le respect des principes non violents du Bouddhisme), apporte la culture bouddhique en Basse-Birmanie. Dans ce mélange de culture Môn et Bouddhiste, les Môn règneront sur cet Empire du Sud jusqu’au milieu du IXe siècle.

VIIe siècle : Les Pyu (venant des confins du Tibet) s’installent en Birmanie. Ils créent 18 Cités-Royaumes ou des Cités-Etats qui n’ont jamais été unifiées. Leur peuple était pacifiste et préférait régler les conflits par des démonstrations de force.
849 : Les Birmans (ethnie venant du Tibet) migrent vers le Sud depuis 3000 ans déjà, fondent le Royaume de Pagan (ou Bagan avec la nouvelle écriture). Les Pyu, ethniquement proches des Birmans ont été rapidement assimilés par ceux-ci.
1057 : Le roi Anawrahta (1044-1077) unifiera la Birmanie en prenant la ville Môn de Thaton.
XIIe siècle : Au milieu de ce siècle, alors que des successeurs du roi Anawrahta ont œuvré pour consolider le Royaume, presque toute l’Asie est sous la domination du Royaume de Pagan et du Royaume Khmer. Cette domination ne dura cependant pas. En effet, au fur et à mesure que les terres et les ressources tombaient dans les mains des communautés Bouddhiques, le royaume perdait de sa puissance. En même temps, la menace d’une invasion mongole par le Nord plane…

1277 : Le roi Narathihapati (règne 1254-1287) préfère alors attaquer les Mongols dans le Yunnan plutôt que l’être attaqué. Il sera vaincu lors de la bataille de Ngasaunggyan.
1287 : Les Mongols finissent par envahir l’ensemble du territoire. Le pays n’est plus uni.
1287 – 1364 : La chute de Pagan entraine la division du pays. Les Môn en profitent pour refonder deux Royaumes, l’un à Martaban (1287) et l’autre à Pégou, le Royaume de l’Hanthawaddy, tandis qu’en Haute-Birmanie, le fragile royaume de Myinsaing (1298-1312) se divise en deux de chaque côté de l’Irrawaddy avec les royaumes de Sagaing et de Pinya… avant de finalement se réunifier en 1364 au travers du Royaume Ava. Une guerre de 40 ans s’instaure entre Ava et Pégou. Aucun n’en sortira vainqueur et un statu quo sera alors mis en place.

XVe siècle : Alors que le Royaume Ava décline lentement, le Royaume de Pégou se renforce en devenant un centre de commerce et de Bouddhisme Theravâda. Finalement, ces deux Royaumes concurrents disparaîtront tous les deux durant la première moitié du XVIe siècle. En 1527, Ava perd contre les Shan. En 1539, Pégou est victime d’un sursaut Birman. La période qui s’ensuit connaît de nombreux troubles et des guerres intestines entre Royaumes et leurs ethnies représentatives.
XVIe siècle : Les survivants d’Ava (la Dynastie Toungou) refonde un nouveau Royaume (1535) autour de Taungû et arrivent à unifier de nouveau la Birmanie. A cette époque, les premiers marchands européens arrivent, permettant à la Birmanie de redevenir un important lieu de commerce. La capitale est alors déplacée à Pégou en raison de son emplacement idéal pour les échanges commerciaux. Cependant, la Dynastie Taungû doit faire face à des révoltes internes et à des incursions portugaises. Pour se protéger, ils fondent un nouveau Royaume à Ava en Haute-Birmanie.
1752 : Encouragés par les Français en Inde, Pégou se rebelle contre Ava conduisant à la chute de ce Royaume.
1759 : Pégou connaîtra peu de temps après un revers de fortune lorsque une nouvelle dynastie Konbaung s’installe à Ava. Le chef populaire des Birmans, Alaungpaya, repousse alors les forces de Pégou en dehors du Nord de la région, et ce, jusqu’à prendre Pégou. Lui et son fils conduiront le pouvoir de la Birmanie à son apogée.

1766 – 1769 : La Chine, qui s’intéresse au Pays, tente même de l’envahir à 4 reprises sans succès. La Birmanie arrive même à étendre ses frontières avec la Chine !

1781 – 1824 : Le territoire Birman s’étend à l’Arakan, au Tenasserim et à l’Assam… pour finalement se retrouver opposé avec les intérêts Britanniques en Inde.
1824 - 1826 : Première Guerre Anglo-Birmane qui a alors lieu, victoire des Britanniques. Traité de Yandabo : la Birmanie perd l’Assam, Manipur, l’Arakan et le Tenasserim.
1852 : Le début de la Deuxième Guerre Anglo-Birmane , les Britanniques annexe Pégou. Le roi établit sa capitale à Mandalay qu’il fortifie.
1885 : Les Britanniques finissent par conquérir le reste de la Birmanie au cours de la Troisième Guerre Anglo-Birmane.
1886 : La Birmanie devient une Province de L’Inde Britannique, avec Yangon comme capitale.

1886 – 1890 : Des mouvements de résistance continueront dans le Nord du Pays, lorsque les Britanniques décideront de réprimander tout mouvement de révolte par la destruction systématique des villages. L’économie Birmane croît mais ne profite qu’aux entreprises Britanniques. Les choses évoluent un peu lorsque de nouveaux « chefs birmans » reviennent d’Angleterre après avoir suivi des études de Droit à Londres. Ils organisent des manifestations pacifistes et des négociations pour leur permettre d’améliorer la situation des Birmans.
1923 : Au début des années 20, des grèves sont organisées et entrainent une réforme Constitutionnelle créant un corps législatif élu avec des pouvoirs limités.
1930 : Certains ne sont pas satisfaits. Ils décident alors de s’unir au travers d’une organisation : le Thakin. Ils profitent d’une grève paysanne, sans y participer, pour gagner la confiance du peuple. Le Thakin devient alors la tête du mouvement nationaliste.
1936 : Une grève est organisée.
1937 : Les Britanniques détachent la Birmanie de l’Inde et accorde à la colonie une nouvelle Constitution qui prévoit une assemblée élue.

1939 : La Seconde Guerre Mondiale arrive et c’est l’occasion pour les Nationalistes de tenter d’obtenir des concessions contre un effort de guerre. Les Britanniques refusent et lancent un mandat d’arrêt contre Aung San, l’un des leaders, qui s’enfuit en Chine.
Décembre 1941 : Le Japon déclare la guerre aux Britanniques. De son côté, Aung San annonce la formation de l’Armée pour l’indépendance birmane, destinée à combattre aux côtés de l’Armée Impériale Japonaise.
Mars 1941 : Yangon est occupée.
1er Août 1943
: L’Indépendance de la Birmanie est proclamée. Mais les promesses des japonais se révèlent fausses : l’indépendance est de pure forme.
Mars 1945 : Aung San se range alors du côté des Alliés. Il forme une coalition de partis politiques, « l’Organisation Anti-Fasciste » pour gouverner le peuple.
Juillet 1945 : Les Japonais sont chassés de Birmanie. Une administration militaire prend le pouvoir, jusqu’au retour d’un gouverneur civil après la Guerre.
Janvier 1947 : L’Indépendance du Pays.
19 Juillet 1947 : Aung San et presque tout le Gouvernement se font assassiner par U Saw, qui pensait qu’il avait trop concédé.

 4 Janvier 1948 : Thakin Nu forme un nouveau Gouvernement qui assure le pouvoir de l’Indépendance. La démocratie et une certaine stabilité s’instaurent durant les 2 premiers Gouvernements de Thakin Nu.
1958 : Tout se dégrade suite aux révoltes de communistes et de certaines minorités. Thakin Nu fait alors appel au Général Ne Win qui lui succèdera en 1960.
2 Mars 1962 : Coup d’Etat de Ne Win qui renverse le Gouvernement et impose une version du Socialisme qui conduira rapidement le Pays vers la pauvreté. Il mènera plusieurs guerres : contre les Karen, contre les Shan et contre les gangs de la drogue.
1974 : Le pays devient « Union de la République Socialiste de Birmanie » avec un faux gouvernement qui ne fait que cacher la dictature militaire.

1988 : Des manifestations ont lieu contre le régime en place. Ne Win quitte officiellement le pouvoir le 23 Juillet. Na Win est remplacé par Saw Maung qui se retrouve placé à la tête d’un organe : le Conseil d’Etat pour le rétablissement de la Loi et de l’Ordre. Le mouvement pro-démocratique est écrasé dans un bain de sang. Aung San Suu Kyi, fille de Aung San, revient de son exile et fonde la Ligue Nationale pour la démocratie (LND).
1989 : Le pays prend le nom de Myanmar, qui désigne l’ethnie Birmane en birman.
1990 : Des élections se tiennent après d’autres troubles. Le LND remporte l’élection avec succès, devant deux partis ethniques (Etat Shan et Etat d’Arakan) et en 4ème position se trouvait le parti militaire (National Unity Party). Aung San Suu Kyi est assignée à résidence et son parti est banni par la junte militaire.
1992 : Le Général Than Shwe arrive au pouvoir.

1991 : Aung San Suu Kyi reçoit le Prix Nobel de la Paix et son assignation à résidence est suspendue sous la pression internationale quatre ans plus tard.
7 Novembre 2005 : Les autorités militaires déplacent la capitale de Yangon à Nagypyidaw (à 320 km plus au Nord).
2011 : L'exdictateur Than Shwe s'est retiré pour une vie monastique laissant place à un régime "civil" avec ses anciens camarades au pouvoir. L'actuel président Thien Sein, ancien général issu des Services de Renseignements, est l'architecte principal des réformes en cours. Il a pu établir avec Aung San Suu Kyi, une relation de confiance.
13 Novembre 2011 : Aung San Suu Kyi est libérée de sa résidence surveillée.

1er Avril 2012 : Des élections législatives partielles ont été organisées. Ces élections partielles ont vu Aung San Suu Kyi et 42 autres membres du NLD entrer à la chambre basse (Pythu Hluttaw) du Parlement birman, une assemblée créée par l'ancien régime militaire en 2010 et constituée après les élections législatives boycottées à l'époque par la NLD. Les députés de la NLD forment dorénavant un petit groupe d'opposition dans cette chambre de 440 sièges, dont 110 (25%) sont réservés aux militaires. Toutefois, accompagnées de la libéralisation des médias et de l'ouverture économique, ces élections marquent un tournant dans le long processus de transition démocratique qui est en cours.
Juin 2012 : Aung San Suu Kyi a entamé une tournée en Europe. Elle a notamment pu se rendre à Oslo où elle a reçu le Prix Nobel de la Paix qui lui avait été décerné en 1991. Son discours d'acceptation met en exergue les éléments qui font de cette femme courageuse un symbole fort de la lutte de son peuple pour les libertés. 



Voyage au Myanmar

Voyage Myanmar, Asiatica Travel

Essence du Myanmar

circuit-myanmar : 8 jours | Code: MA01
Arrivée : Yangon - Départ : Yangon
Merveilles du Myanmar

Trésors du Myanmar

circuit-myanmar : 13 jours | Code: MA02
Arrivée : Yangon - Départ : Yangon
Birmanie en famille

Le Myanmar en famille

circuit-myanmar : 11 jours | Code: MA03
Arrivée : Yangon - Départ : Yangon
Découverte de Birmanie

Découverte de Birmanie

circuit-myanmar : 11 jours | Code: MA04
Arrivée : Yangon - Départ : Yangon

Ethnies birmanes

circuit-myanmar : 14 jours | Code: MA05
Arrivée : Mandalay - Départ : Yangon

Cités perdues birmanes

circuit-myanmar : 15 jours | Code: MA06
Arrivée : Mandalay - Départ : Yangon