L'histoire (très) riche du Laos

Selon les dernières études menées par Amphai Doré, Français d'origine laotienne, le peuple du Laos était originaire de Chine, où il y a encore environ 20 millions d'habitants parlant le lao, avec les mêmes structures ethniques que Lao Loum, Lao. Theung et de Lao Soung.
 
Du paléolithique au XIIIème siècle
 
Les premières découvertes archéologiques de l'homme au Laos remontent à l'ère paléolithique sous la forme d'objets en pierre tranchants ou pointus. Au nord de la chaîne des Annamites, dans la chaîne de montagnes de Phou Loi (Tham Pong), les Proto-Australiens auraient vécu. Malgré cela, les habitants du Laos sont les plus anciens en Asie du Sud-Est.
 
Du 2ème au 5ème siècle, le sud du Laos est passé sous le contrôle des Chams (Malais indianisés); et dès lors, alors que l'Indochine ouvrait des routes maritimes vers l'Inde, le Moyen-Laos était probablement colonisé par des Indonésiens indiens bouddhistes. Cette civilisation a vu le jour dans le sud de la Birmanie où elle a duré jusqu'au 13ème siècle, ainsi qu'en Thaïlande (alors appelée Siam).
 
Entre le VIe et le XIIIe siècle, le sud du Laos (royaume de Champassak) était dominé par les Khmers dont l’influence atteignait la Thaïlande et le Cambodge. Différents groupes ethniques étaient principalement sous la pression des Chinois du Sud, les Khmers, alors puissants, et les Vietnamiens, immigrés au Laos et installés principalement sur les rives des fleuves. Ils ont absorbé les cultures locales et créé plusieurs royaumes au sud de la Chine, de l'Inde orientale au Vietnam. Les Thaïs Siam suivis des Thaïs Lao se sont installés dans le sud de la Chine et ont fondé deux royaumes au nord du Laos avec pour capitale Louang Prabang et Xiang Khouang (aujourd'hui la plaine de Jarres).
 
Jusqu'au milieu du XIVe siècle, la plupart des principautés dépendaient du royaume de Sukhotai (Siam). Mais la région a été déchirée par la guerre: Sukhotai a fini par se séparer tandis que le nouveau royaume d'Ayuthaya était en guerre et que le royaume khmer s'effondrait, en raison de problèmes internes.
 
 
Le XIVème siècle et les débuts du Laos
 
Chao Fa Ngum est né au début du 14ème siècle (1316 - 1373). Pour la première fois, soutenu par les Khmers, dont le roi devint le père adoptif de Fa Ngum, le jeune prince conquit les 3 provinces de Muang Seua (en fait Louang Prabang), Wieng Chan (Vientiane) dans la plaine de Khorat. les royaumes en un; le royaume de Lan Xang "royaume d'un million d'éléphants et d'un parasol blanc" dont la capitale est naturellement devenue Louang Prabang, le lieu de naissance de Fa Ngum. Le royaume est devenu l'un des plus grands d'Asie du Sud, alors qu'il était relativement peu peuplé par rapport à ses voisins ...
 
Pendant le règne du Laos, le pays s’est agrandi grâce à son chef, qui a mis la pression et a été surnommé "le conquérant". Il fut finalement renversé par ses ministres qui voulaient mettre fin à sa mégalomanie; il a été remplacé par son fils Oun Heuane, qui a conduit le pays à sa situation actuelle.
 
Jusqu'en 1421, le royaume était riche, les arts se développaient; Le bouddhisme a progressivement remplacé l'animisme (même s'il y a encore des traces) en raison de l'envoi d'instructeurs, d'artistes et de bonzes par les Khmers. La sécurité régnait dans tout le royaume qui était gouverné intelligemment et efficacement par la personne qui s’appelait SamSenThai, le roi de 300 000 Thaïlandais.
 
 
Le XVIème siècle, ou le deuxième sommet
 
À la mort de SamenThai, le trône fut violemment contesté et ce n'est que 100 ans plus tard, en 1520, que l'instabilité provoquée par le changement continu des rois fut assombrie par le sacrement de Phothisarat. La situation jusque-là était critique et les intrigues nombreuses. Le royaume était menacé de toutes parts, à commencer par la capitale de l'époque, Louang Prabang, qui n'était pas loin de la terrible Birmanie. Le roi avait 2 alternatives: jouer la carte «Nord» et s'unir aux principautés thaïlandaises ou à la carte «Sud» en s'unissant à Vientiane et faire allégeance aux Cambodgiens.
 
C'était l'option "Southern" qui a été choisie. Photisarat, à partir de ce moment-là, réarma et rééquipa son armée, améliora la sécurité dans le pays et fit du bouddhisme la seule religion officielle. À la fin de son règne, son fils a été placé à la tête du royaume de Lanna et trois ans plus tard, il est devenu le successeur de son père. En 1560, la pression des Birmans était telle que la capitale, trop exposée aux raids, avait transféré ses fonctions administratives et gouvernementales à Vientiane. Ventiane fut reprise en 1565 par les Birmans qui furent à leur tour chassés et battus en 1569. Deux ans plus tard, lors de la mort subite du jeune roi Setthatirath, le royaume passa finalement sous le joug birman pendant 20 ans.
 
Après une période d'anarchie sous 5 rois, Surya Vongsa est arrivé sur le trône en 1637 et a réussi à ramener la paix. Le bouddhisme était à son apogée, les arts se sont développés et Louang Prabang est devenu le centre commercial de toute la région. Pendant ce règne, le plus long de l’histoire du Laos, qui a duré 57 ans jusqu’à la mort du roi en 1694, le Laos a connu son âge d’or, son deuxième sommet avant de s’éclater au profit des royaumes plus forts environnants.
 
 
La chute de Lan Xang et le lent déclin
 
Au début du XVIIIe siècle, le royaume de Lan Xang se divise en trois royaumes: ceux de Louang Prabang au nord (sous Chine et Siam), de Vientiane (sous Annan) et de Champassak (au Cambodge et au Siam).
 
En 1764, les Lao de Muang Chan ont appelé les Birmans d'Alaunfra à les aider contre les Birmans de Muang Prabang. L'ancienne capitale du "royaume des mille éléphants" fut réduite en cendres, tandis que les royaumes de Vientiane et de Champassak au sud aboutirent aux mains des Siamois, qui rapportèrent de leur conquête les deux palladium du Laos: le Phra Bang et le Phra Kéo. Seul le Phra Bang est finalement revenu de Bangkok ...
 
Après une tentative ratée du roi Chao Anou (1805-1830) de reprendre la souveraineté du Laos, le pays a presque disparu.
 
Le protectorat français
Les temps sont durs pour le Laos au XVIIIe siècle et il n’aurait pas fallu beaucoup de temps pour qu’ils disparaissent sous la pression des grands pays dominants qui les entourent; Chine, Vietnam, Siam, Birmanie et Cambodge.
 
C'est à cette époque qu'un certain nombre de Français découvrent la région de l'Indochine et ramènent des trésors de cette région que les Européens ont aimée, notamment lors des Expositions Universelles de Paris en 1878, 1889 et 1900. Parmi ces "aventuriers", le naturaliste Henri Mouhot, qui est arrivé à Louang Prabang en 1861 et y est mort (sa tombe est située non loin de Phon Phau). Entre 1866 et 1868, Doudard de Lagrée et Francis Garnier remontent le Mékong et visitent Vientiane. En 1867, Auguste Pavie a pris part au conflit contre le Siam et contre les pilleurs de Ho, qui ont saccagé et incendié Louang Prabang en 1887 (voir L'Histoire de Luong Prabang ).
 
La France possédait déjà 2 protectorats dans la péninsule d'Indochine: au Cambodge (1863) et au Vietnam (1885). En 1893, la France signe un traité avec la principauté de Louang Prabang dont le roi veut se débarrasser des troupes militaires siamoises venues se débarrasser de l'armée chinoise du drapeau noir.
 
 
Un traité final a été signé en 1904, le Siam reconnaissant les frontières actuelles du Laos. Dans les négociations de cette époque, le Laos a malheureusement perdu la région la plus riche du Laos, le plateau de Khorat, à Siam. C'est encore un souvenir amer, un peu comme les français avec le district alsacien et lorrain à une certaine époque.
 
Bien que la France ait engagé beaucoup de travail au Laos, en essayant de restaurer le royaume (reconstruction de Vientiane, organisation des écoles et université de Vientiane, développement du réseau routier), il faut se rendre compte que pour la France, le Laos n'était pas aussi intéressant un pays (par là nous devons comprendre, exploitable) comme ses voisins, le Cambodge et le Vietnam.
 
Le commissariat de police français, situé à Louang Prabang dans l’actuel hôtel Phousi, n’a jamais été qu’une occasion d’empêcher l’accessibilité potentielle de ce territoire aux Anglais, très présents dans la région. Plusieurs centaines de Français vivaient dans le pays, qui était en soi un mélange de population et de ressources, vivant principalement de la croissance et de la distribution de l'opium, dont la qualité était réputée être la meilleure en Extrême-Orient.
 
La seconde Guerre mondiale
Toutes les colonies d'Indochine sont tombées sous le joug des Japonais pendant cette période. Au Laos, très peu de Japonais vivaient sur le territoire. Les Japonais ont déclaré qu’ils étaient anti-impérialistes et ont ouvertement tenté de libérer le peuple de la prise de contrôle par l’Occident, pour expulser les «Blancs» de la région. Même après avoir été battus en 1945, ils n'ont quitté le pays qu'après avoir tué ou déporté certains expatriés français et proclamé l'indépendance du pays; espérant que le sien jetterait définitivement les "blancs" du Laos.
 
Cette idée d'indépendance a donné naissance à un mouvement nationaliste, le Lao Issara. En 1946, les troupes françaises sont revenues au Laos pour restaurer le protectorat. A partir de ce moment, trois influences existent: le prince Phetsarath de Louang Prabang (surnommé le Prince Bleu), il représente la tendance neutre. Le prince Souphanouvong (surnommé le prince rouge) s’est allié au Viet Minh qui a fondé le Pathet Lao (le pays lao). Il avait étudié en France et était un ancien élève de la Chartes School. Enfin, le prince Boum Oum, ancien capitaine de la Légion étrangère, qui a dû abandonner le trône et qui a été surnommé le prince blanc.
 
En 1949, la France passe un traité avec la famille royale lao, accordant au pays son autonomie interne et sa réunion sous le contrôle du roi Sisavang Vong de Louang Prabang. Malheureusement, les enjeux financiers de cette union ont été importants (notamment à cause du trafic d’opium et d’armes) et les nombreuses personnes impliquées: 3 mouvements laotiens, auxquels s’ajoutent les Français avec leur penchant pour la faction neutre, les Américains qui étaient en essayant de mettre fin au protectorat, les communistes du Viet-Minh, les siamois ...
 
Indépendance
 
En 1954, la victoire vietnamienne à Dien Bien Phu marque la fin du protectorat français au Laos. L'arrivée de la première conférence de Genève en 1957 marque le début du premier gouvernement mixte pour le syndicat national, dirigé par le prince Souvanna Phouma. Théoriquement, les Français, et plus largement l'Occident, ne contrôlaient plus le pays. En réalité, une guerre sombre a commencé, y compris les Français, les Américains, les Vietnamiens et même les Chinois et les Russes 
 
 
En 1958, après que les élections partielles eurent donné la victoire à l'aile gauche, les dirigeants de droite organisèrent un coup d'état et demandèrent l'aide américaine pour se débarrasser de la menace du Pathlet Lao, de plus en plus activement soutenu par le Nord. Vietnamien.
 
En 1959, Souphanouvong, le chef du Pathlet Lao, a été incarcéré avec une dizaine d’autres dirigeants pro-communistes qui ont réussi à s’enfuir quelques mois plus tard. Pendant ce temps, les Américains ont apporté leur aide au nouveau gouvernement et ont armé les Hmongs pour qu'ils luttent contre les communistes. Ainsi armées, les forces pro-américaines ont envahi Vientiane, ce qui a obligé les neutres à rejoindre les communistes, ce qui était la seule alternative crédible contre les Hmong.
 
En 1962, une deuxième conférence à Genève a abouti à la formation d’un deuxième gouvernement de coalition. Le Laos était de plus en plus impliqué dans le conflit vietnamien. Cela a déclenché la guerre secrète qui a amené les États-Unis au nord du pays, ce qui a entraîné d’énormes bombardements, en particulier près de la route Ho-Chi-Minh.
 
Les 10 années suivantes ont vu l'élimination du clan neutre et le développement d'une idéologie communiste dans tout le pays. L’augmentation des combats entre les communistes vietnamiens s’est intensifiée et s’est étendue au Laos, où les Américains menaient une «guerre secrète», qui n’existait pas officiellement, mais dont les chiffres montrent l’énormité. Le nord du Laos subissait des bombardements intensifs des Américains B-52 (10 tonnes de bombes par mètre carré!) De désherbants destructeurs du type "agent orange" et "pluie jaune" qui détruisaient presque toute la végétation, empoisonnant l'eau comme la nappe phréatique ...
 
En 1973, un traité de cessez-le-feu pour le Laos a été signé entre les Nord-Vietnamiens et les Américains. Un gouvernement provisoire de l'Union nationale a été proclamé en avril 74, réunissant toutes les forces politiques sous la présidence de Souvanna Phouma, mais fin 75, la droite s'est complètement effondrée, laissant le champ libre aux pro-vietnamiens.
 
Les 1er et 2 décembre 75, les représentants du congrès ont tenu une réunion, ont accepté l'abdication du roi et ont proclamé la République démocratique populaire du Laos.
 
 
Les débuts de la République démocratique populaire du Laos
 
Après près de 30 ans de guerre, cette nouvelle nation a dû faire face à de graves difficultés. L'aide occidentale a été retirée, le kip (monnaie locale) s'est effondré et il y a eu pénurie alimentaire - alors que, pour la première fois dans son histoire contemporaine, le pays traversait une période de stabilité exécutive. A partir de 1975, des camps de "rééducation" ont été ouverts, notamment à Sam Neua, où de nombreux étudiants et autres intellectuels ont été incarcérés.
 
Cette période répressive, au même rythme que le Cambodge ou le Vietnam, n’a pas été aussi grave au Laos que dans les pays voisins. C'est à cette époque qu'entre 10 et 20% de la population se sont échappés d'abord en Thaïlande, puis principalement vers les États-Unis (2 tiers des réfugiés), la France (15%), le Canada et l'Australie. Les conséquences de cet exode ont été catastrophiques. Elle a drainé le pays de nombreux commerçants (en particulier chinois), fonctionnaires et plus instruits, tous craignant une répression principalement exercée sur les enseignants et autres personnes qualifiées.
 
Entre 1978 et 1982, alors que les relations diplomatiques entre la France et le Laos ont été suspendues, des liens étroits se sont formés entre le Laos, le Cambodge et le Vietnam. À bien des égards, le Vietnam, avec ses 80 millions d’habitants, ayant de bonnes écoles et un personnel instruit, a aidé son petit pays frère en envoyant des hommes et du matériel, en acceptant et en formant les meilleurs érudits laotiens. Jusqu'en 1988, les Vietnamiens ont mis à la disposition du Laos 40 000 soldats pour soutenir le régime (soit autant que l'armée du Laos).
 
L'ère réformatrice
 
En 1986, l’adoption du «nouveau mécanisme économique» qui a conduit le Laos à l’ouverture d’une économie de marché a changé. En 1989, la première constitution communiste du Laos est née. Le Laos a entamé une période de négociation avec la Chine, renouvelé les liens avec l’Occident et, dans la recherche de la paix, libéré les derniers prisonniers politiques détenus dans les camps de rééducation. Et donc les premières réformes économiques ont commencé, notamment les premières dénationalisations; ce qui a été fait pour relancer un système en faillite.
 
Enfin, au début des années 80, le Laos a pris ses distances avec le communisme rigoureux et peu à peu réintégré la scène internationale et rejoint en 1991 les «Chaillot», pays francophones. En 1997, le Laos a été admis dans l' ASEAN (Communauté économique asiatique).
 
 

Depuis plusieurs années, le Laos s’ouvre véritablement à l’extérieur, que ce soit les touristes dont les monnaies sont très appréciées, ou les investisseurs qui profitent le plus souvent de différents avantages (principalement fiscaux) pour s’établir dans ce pays a désespérément besoin de capital et d'artisans qualifiés. 



Nos voyages avec ce site

Laos panorama : des millions de sourires

Laos, mosaïque du nord au sud

circuit-laos : 12 jours | Code: LAO01
Arrivée : Luang Prabang - Départ : Paksé
Voyage Laos, Asiatica Travel

Essentiel du Laos

circuit-laos : 6 jours | Code: LAO02
Arrivée : Luang Prabang - Départ : Luang Prabang
Voyage Laos, le visage du Laos

Le visage du Laos

circuit-laos : 9 jours | Code: LAO03
Arrivée : Luang Prabang - Départ : Paksé
Image du Laos

Terres sauvages du Laos

circuit-laos : 10 jours | Code: LAO04
Arrivée : Paksé - Départ : Luang Prabang
Image du Laos
Voyage Laos

Le royaume au million d'éléphants

circuit-laos : 12 jours | Code: LAO05
Arrivée : Tay Trang - Départ : Vientiane
Route du Laos, Asiatica Travel

La grande traversée du Laos

circuit-laos : 14 jours | Code: LAO06
Arrivée : Luang Prabang - Départ : Luang Prabang
Traversée indochinoise

Traversée indochinoise

combine : 21 jours | Code: VC03
Arrivée : Hanoi - Départ : Sai Gon
Traversée indochinoise

0 Commentaires

Laisser un commentaire

(ne sera pas publié)