Jeune professeure qui a lancé le projet #SaveSonDoong

LE Nguyen Thien Huong , pseudo Wandering teacher, est la fondatrice du projet #SaveSonDoong (Sauver la grotte Son Doong)

Wandering teacher, qui est-elle ?

Pour expliquer l’origine de ses intérêts pour les voyages et les problèmes environnementaux, Huong raconte qu'à 17 ans, elle a gagné une récompense lors d’un concours qui était un billet pour l'Afrique du Sud. Pendant ses deux semaines là-bas, Huong s’est immergée dans la nature sauvage, a suivi des formations sur comment s’orienter grâce aux étoiles, a analysé l’activité des animaux ou encore a appris à trouver de l’eau dans une forêt. Depuis lors, elle a commencé à respecter le monde sauvage et en est tombée d’amoureuse.

Plus tard, Huong a passé deux mois au Népal pour découvrir la nature, et proposer des cours aux enfants dans un orphelinat. Il y a beaucoup d’enfants qui étaient maltraités ou dont les parents étaient en prison. Là-bas, ils ne se douchent qu'une fois par semaine à cause du manque d'eau. “Ma plus grande obsession en quittant le Népal était un sentiment d'impuissance, quand je n’ai pas pu les aider.”

Projet #SaveSonDoong

Pendant ses études de communication aux États-Unis, Huong a appris que la grotte Son Doong (province de Quang Binh, Centre du Vietnam) avait été découverte et confirmé comme "le plus grand souterrain du monde". En 2014, on a testé les premières visites, chacune est composée de huit personnes seulement, et chaque billet coûte jusqu'à 3000 dollars. Avec son grand amour pour la nature, Huong a économisé de l’argent et a fait beaucoup d'exercices physiques pour être bien préparée à son exploration en mi-2014. “La grotte s'ouvre à mes yeux d'un monde mystérieux, un royaume séparé de l'humanité !”




En lisant les informations sur le projet de construire un téléphérique à Son Doong pour augmenter le nombre de touristes à 8 000 personnes par jour, Huong a insisté sur le fait que c'est une décision qui peut affecter gravement l'écologie à l'intérieur de la grotte. "Il faut cinq millions d'années pour former un Son Doong spécial. Je ne veux pas un projet de téléphérique qui amène des milliers de personnes pour ruiner cet héritage. Les Vietnamiens sont toujours fiers de leurs merveilles naturelles du monde telles que Ha Long et Son Doong mais on ne fait rien pour les protéger?”

Elle a commencé à écrire sur son blog et Facebook pour protester contre le projet de câble, avec des articles en anglais et vietnamien : "Si Son Doong n'est pas la plus grande grotte du monde?"; "Cinq catastrophes que le téléphérique apporte à Son Doong"; "Trois façons de sauver Son Doong", … 30 000 visites sont comptabilisées sur son blog. Depuis lors, Huong a fondé le projet #SaveSonDoong (Sauver Son Doong) avec ses amis. Enfin, les actions pour protéger Son Doong ont eu un impact important. La plus grande joie de la fondatrice est que maintenant beaucoup de personnes connaissent et comprennent la valeur exceptionnelle de cette grotte.

Appelez le monde à protéger

La campagne #SaveSonDoong continue de mobiliser le public pour exprimer sous diverses formes la lutte contre le tourisme de masse à Son Doong. Comme la construction du téléphérique est un projet économique, plus les gens le boycotte, moins l'investisseur est motivé pour mener son projet.

Huong a raconté que lorsqu'elle a commencé à lancer cette campagne, elle n'a pas hésité à exprimer ses opinions et recevoir des réactions négatives. Mais ce que Huong craint est que la plupart des gens sont silencieux et n'agisse pas. "Leurs arguments sont : Même si on fait quelque chose, ça change rien, les décisions sont déjà prises par les autorités. C'est une pensée effrayante qui a créé une génération de jeunes vietnamiens ignorant et passive. Donc, je veux changer cela en prouvant que tout ce que nous faisons aura un impact sur la société. Je veux transmettre aux gens, en particulier aux jeunes, un message : Notre environnement est dans nos mains".

À la fin du mai 2016, Huong a eu l’occasion de rencontrer l’ex - président Obama lors de sa visite à Saigon pendant son mandat. Elle lui a offert un chapeau conique et un T-shirt imprimé le slogan #Save Son Doong. "Je lui ai demandé s'il avait l'occasion d'aller à Son Doong, s’il marcherait ou s’il prendrait le téléphérique. Le président a immédiatement répondu qu’il préférait marcher. La responsabilité de la protection du patrimoine est une mission mondiale et il est prêt à accompagner notre campagne. Il a aussi laissé un message très important : Ne pas suivre les traces des pays développés qui nuisent à l'environnement.”

Actuellement, après une période d’annulation suite à la forte opposition du public, il est possible que le projet de construction du téléphérique dans la grotte soit relancé par un grand groupe d’une société immobilière du Vietnam.  La route face au projet Save Son Doong sera pour Huong et ses collègues encore très longue et parsemées de beaucoup de difficultés…



0 Commentaires

Laisser un commentaire

(ne sera pas publié)